Humeurs

Ecolo bobo, moi?

C’est un peu l’insulte la qualification à la mode qu’on te lance quand dans une conversation quand arrive le moment où tu annonces que tu es végéta*ien, que tu manges bio au maximum, que tu fabriques une partie de tes cosmétiques ( déo, shampooing, lessive, …), que tu es sensible au zéro déchet, ou encore à la consommation éthique ( made in France, Vegan,…), …

Je crois qu’à ce moment-là, les gens te catégorisent écolo car tu agis au quotidien pour la Planète ( plutôt facile à comprendre me direz-vous).  Et bobo ? Car quand tu as des fringues dites  » à la mode », une apparence propre ( je ne pense pas puer sauf après l’application de mon sérum aux huiles essentielles), n’ai pas les cheveux gras (sauf si je suis en pleine cure de sébum ), que ta maison dispose de tout le confort moderne, tu as une voiture, … on te catégorise bourgeois-bohème.

IMG_1954

Je ne suis pas parfaite, et d’ailleurs je ne prétends pas l’être ( loin de là ) mais j’agis au quotidien pour réduire l’impact de notre vie dite moderne sur la planète. Et mon chemin a débuté assez tardivement même si l’éducation que j’ai eue tendait vers ce schéma là, le début de ma vie d’adulte m’a fait oublier ces valeurs qui me sont si chères. Pendant ces années de dérives, je consommais sans réfléchir aux conséquences de mes achats. Et petit à petit, j’ai ouvert les yeux sur cette catastrophe qui est en train de se produire sous nos yeux.

Le déclic.

C’est souvent un problème de santé ou l’arrivée d’un enfant qui lance le sujet du changement de vie plus sain. Pour moi ça a été une prise de conscience lors d’un rendez-vous chez le médecin qui m’annonçait que mes reins étaient un peu fatigués comparés à mon âge. Et là, tu commences à réfléchir…

IMG_0345

Le changement d’alimentation.

Alors oui, je ne suis pas une grande buveuse d’eau mais c’était surtout ma consommation de soda qui posait problème. La désintox de ce fameux breuvage noir à l’étiquette rouge a été difficile. C’est là, que j’ai revu entièrement ma façon de boire et de manger. Après quelques reportages sur l’agriculture intensive, l’élevage, les groupes industriels comme Monsanto. Je me suis dit que ça suffisait. De là, mon alimentation a radicalement changé : plus de plats préparés, des fruits et légumes bio, de saison, et locaux de préférence, … J’étais à la recherche de l’alimentation parfaite, ou plutôt de mon régime alimentaire parfait. D’omnivore, je suis passé à l’alimentation Paléo, puis je suis passé au sans produits laitiers et sans gluten, et enfin au végétarisme pour enfin tendre vers le veganisme. Je me suis cherchée pendant près de 5 ans et je pense avoir enfin trouvé un mode alimentaire ( et non pas une mode, on est d’accord ) qui me convient tant par ses bénéfices sur ma santé que par son impact environnemental.

fullsizeoutput_a80

La beauté.

Là aussi la prise de conscience s’est fait du jour au lendemain suite à la découverte du site internet La vérité sur les cosmétiques. Quelques coup d’œil aux compositions des produits de ma salle de bain ont suffi à me dégoûter de cette industrie pétrochimique à souhait. Le plus dur a été cette période de transition ou tes cheveux te font vivre un enfer. Mais aujourd’hui je ne regrette aucunement mon choix. D’ailleurs,  mon conjoint qui avait accueilli ce changement de manière assez dubitative est, depuis maintenant 2 ans, passé à plus de 80% au naturel ( la dernière victoire : le dentifrice maison ).

fullsizeoutput_a7f

La maison.

Ici aussi, les produits d’entretien ont vite étaient remplacés par des choses plus naturelles et hyper simples. C’est vraiment un gain financier non négligeable puisque tu divises ton budget par plus de la moitié. L’impact santé et écologique est énorme lorsque la majorité de tes produits d’entretien se résume à vinaigre blanc, bicarbonate de soude, savon et huiles essentielles.

Le zéro déchet ou plutôt vers le zéro déchet.

Déjà quand tu as passé les étapes précédentes, forcément ta production de déchets se raisonne. Et puis tu consommes local, tu fais le marché, et au magasin bio l’offre en vrac ne fait que croître. Mais j’avoue que je suis encore bien loin de ce vers quoi j’aspire. Même si je suis depuis longtemps passée au lavable pour beaucoup de choses, le combat ne fait que commencer. Car qu’on le veuille ou non, les formatages des industriels sont bien ancrés en nous. Je suis passée récemment aux mouchoirs en tissu, et pour mon mec cela est inconcevable. Pourquoi? Car pour lui c’est sale ( vision personnelle et formatée par la société ) alors que pour moi ce qui est sale c’est le mouchoir en papier ( sale pour la planète). Bref, j’ai encore du boulot pour arriver au petit bocal que nous présente chaque année la papesse du zéro déchet Béa Johnson ou la Famille presque zéro déchet.

fullsizeoutput_a83

La mode.

Ça a été pour moi une des étapes les plus difficiles à franchir. En effet j’étais une acheteuse compulsive. Des paires de chaussures, des sacs à main, des fringues, … Dès que ça n’allait pas, j’achetais, et même quand ça allait j’achetai. Et puis je me suis posé la question de l’impact écologique que pouvait avoir cette consommation déraisonnable. D’une part, acheter dans des enseignes de fast fashion ne fait pas de bien à la planète et cela encourage l’esclavage moderne. De plus, en achetant tout ça je ne me sentais pas plus heureuse. Depuis maintenant 1 an je n’achète presque qu’auprès de petits artisans français ou équitables, ou en seconde main. Et je me sens tellement plus légère depuis. Je dis presque car j’arrive encore à craquer sur un joli mug chez Nature et Découvertes mais personne n’est parfait.

IMG_2843

Mais devant tous ces efforts, la majorité des gens ne saluent pas tes convictions mais pointe du doigt tes petits défauts. Et oui, tu as un téléphone portable, …  Alors oui, je suis une écolo bobo. En effet, je ne rejette pas les nouvelles technologies, le confort lié au développement économique mais j’essaye d’être raisonnée, de faire de mon mieux et de consommer de la manière la plus responsable qui soit et je me sens tellement bien dans ma tête et dans mon corps depuis que pour rien au monde je ne retournerai en arrière.

 

Publicités

11 commentaires sur “Ecolo bobo, moi?

  1. Coucou, moi aussi je suis plus attentive, à ce que je mange, ce que j’achète, ce que j’utilise pour ma santé mais également pour préserver notre planète ! alors non je ne pense pas qu’être écolo bobo c’est un crime 😉 au contraire on devrait tous l’être un peu, ça ferait avancer les choses ! merci d’être passée 😉 bisous

    J'aime

  2. Moi, aussi, j’ai changé mes habitudes alimentaires en mangeant un maximum bio, produits frais, je ne bois plus de lait de vache et yaourts mais du lait végétal et yaourts chèvre, soja.J’essaie aussi de faire mes cosmétiques maisons ou sinon j’achète aussi Bio ! le plus dur, comme tu le dis si bien dans ton article, c’est la mode, comme je suis une fashion victime, c’est très dur de ne pas craquer pour un petit top ou une robe 😉 ce qui m’énerve un peu (euh… beaucoup même !) ce sont les « Bio sceptiques » qui trouvent toujours à redire lorsque tu consommes Bio, « et l’air que tu respires, c’est pollué !, tu ne peux pas vivre dans une bulle … ou alors ce que tu achètes Bio, c’est vraiment du Bio ? et je ne suis pas une Bobo, j’essaie de consommer écolo en pensant à la planète !
    Bisous et bon week-end

    Aimé par 1 personne

    1. Merci de ton passage par ici et merci pour ces petits et grands gestes pour la planète. C’est frustrant de voir comment les gens qui en font le moins se permettent de juger mais c’est la vie et à chaque fois qu’on me fait ce genre de réflexion je leur réponds  » je fais ma part  » ( Pierre Rahbi ). Et je pense que c’est ça le plus important. Alors Écolo bobo ou pas, tant que tu fais ta part, merci.

      Aimé par 2 people

  3. Quel réconfort de lire cet article. Dès que je parle d’écologie je reçois ce même genre de remarque dans la tronche, au point de ne presque plus oser en parler. Tu es super honnête dans cet article et c’est très enrichissant de lire que tu continues à aller de l’avant quelque soit la catégorie dans laquelle on te met.
    C’est indispensable que des voix s’élèvent pour consommer différemment. Tant pis si nous sommes peu nombreux (et ce n’est pas le cas), la bascule se fera un jour!

    Aimé par 1 personne

  4. Merci de ta venue par ici. Au début c’est frustrant et puis après tu t’en fous. J’ai complètement lâché prise au niveau du  » regard des autres », j’assume ce que je dis, fais, mange, consomme de manière générale. Mon mec me dis parfois que j’en fais trop quand on fait des repas avec des amis car oui je mets souvent les pieds dans le plat. Je n’en fais pas trop, j’explique ( quand on me le demande ) ma vision des choses et beaucoup restent hermétiques car ça a l’air compliqué alors que non, justement. Tu as raison, la bascule se fera un jour. Bonne soirée petit colibris. 😘

    J'aime

  5. C est un chemin celui de « prise de conscience  » de ce que la société nous impose et de notre formatage.
    Plein de personnes en ce moment se réveillent. ..
    C est une chance d être et de favotiser tout ces mouvements.

    Aimé par 1 personne

    1. Tu as raison, c’est avant tout une question de prise de conscience personnelle qui va à l’encontre de ce que nous dicte la société, les merdias,… J’aime beaucoup ton positivisme. Je suis d’accord avec toi pour dire que c’est une chance d’être et de favoriser le changement, c’est d’ailleurs pour ça que j’ai démarré un blog.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s